un porte serviette, trouvé sur internet, imprimé et installé en une demi-heure

Une Génération qui changera le monde…

Pour Noël, nous nous sommes équipés d’une imprimante 3D d’occasion, déchainés mes gars ont débusqués sur internet une multitude de fichiers de gadgets plus ou moins inutiles, dans la foulée ils les ont imprimés.
Pas de création, pas de développement, je m’inquiète et me dit : bon cela restera dans l’histoire familiale : « ah oui l’imprimante 3D de papa, il se serait pas fait plaisir sur ce coup là ?  »  A chaque génération son train électrique pourrait-on dire.
Et puis un mois plus tard,  le plus jeune (13 ans) de mes gars, débarque et me dit papa je peux imprimer un porte serviette pour accrocher ma blouse de laborantin dans ma chambre ?
Ben oui !
La journée passe, je me couche et avant de m’endormir je réalise  :
1 – qu’il ne m’a pas demandé si j’avais un porte-serviette dans ma boite à outil,
2 – qu’il ne m’a pas demandé de l’accompagner pour en acheter un à la quincaillerie du coin,
3- qu’il ne m’a pas demandé mar carte de crédit pour l’acheter en ligne,
non il l’a tout simplement imprimé,
pas le plus beau des porte-serviettes mais il fait la blague !
La génération qui arrive est déjà entre autres dans la 3D, elle intègre cette technologie comme une solution pour répondre à ses besoins ou usages.

Aujourd’hui la fabrication additive est encore vue comme une technologie de R&D, or il n’y a rien de plus faux, de par le monde des centaines de milliers de makers ou acquéreurs de technologie d’impression 3D, créent, développent et promeuvent auprès de leurs amis, mais surtout leurs enfants intègrent ce média. L’impression 3D ou Fabrication Additive est déjà dans les mains de « consomhacker ».

Comment pensez-vous que cette génération réagira quand elle travaillera, présentera, achetera et que la marque ou l’entreprise dira ah non ici c’est Old School :  On présente avec des « bullet point », on communique avec du papier et tu attends pour acheter ton nouveau porte-clefs ?

Elle fera probablement comme la précédente : elle copiera non pas pour détruire mais parce qu’elle le peut et qu’elle ne comprend pas pourquoi les marques « originales » ne lui propose pas le service. Et si GoPro ne me permet pas d’imprimer mon accessoire pour dans 2 heures (j’ai un super ride à filmer), c’est pas grave je trouverai la solution ailleurs.

Les marques ont donc 5 ans pour intégrer l’impression 3D dans leur organisation, dans leur département, dans leur supply chain, dans leur marketing, dans leur communication, pour adapter leur business model, repenser leurs produits etc. etc.

Finalement 5 ans c’est pas si long que ça non ?

 

Bienvenue à la GEG (Good Enough Generation) !